Sun Records, 706 Union Avenue, Memphis

Sans exagérer, on peut affirmer que les studios Sun Records de Sam Phillips, à Memphis, furent la pépinière du rock'n'roll des années 1950. C'est en mars 1951 que Jackie Brenston enregistra au Memphis Recording Service de Phillips le titre "Rocket 88", reconnu comme le premier titre rock'n'roll de l'histoire. C'est ici même qu'Elvis Presley débarqua en juillet 53' pour réaliser une maquette qui scella le début d'une collaboration historique de deux ans avec le label. C'est aussi ici qu'en janvier 58' Sun produisit Blue Suede Shoes de Carl Perkins, titre pionnier du rockabilly qui, plus que tout autre, témoigne de ce radicalisme sans concession qu'est la culture rock'n'roll.

En 1950, Phillips, ancien animateur de radio, ouvrit son studio d'enregistrement pour mettre en évidence l'aspect biracial de la scène musicale de Memphis. Il ne tarde pas à céder des droits du virtuoses du rhythm & blues noir (des artistes comme Brenston et Howlin'Wolf) au label Chess Records de Chicago. Après le succès retentissant d'Elvis Presley, Phillips reporta son attention sur les rockeurs blancs, comme le rebelle du rockabilly Johnny Cash ou - avec moins de réussite - sur Roy Orbisson.

Fin 1955, après le départ d'Elvis Presley pour RCA, Sun Records perdit peu à peu son cheptel de talents et, lorsque Phillips décida de déménager ses studios en février 1961, la fin de l'âge d'or du label fut confirmée.

 

À sa sortie en 1954, "That's All Right" lança la carrière d'Elvis Presley et propulsa Sun records sur le devant de la scène

À sa sortie en 1954, « That’s All Right » lança la carrière d’Elvis Presley et propulsa le label Sun Records sur le devant de la scène.

Elvis Presley dans les studios avec le bassiste Bill Black, le guitariste Scotty Moore et Sam Phillips, le fondateur de Sun Records.

Geraldine

Fan de concerts cover et de rock, je vous fais découvrir au fil des pages mes groupes cover préférés et mes humeurs musicales...